Accueil

Répertoire

autres chorales de lutte 

agenda 

album 

 

 

Le Cri du peuple (Tardi -Vautrin)

1. La semaine sanglante

 

Jean Baptiste Clément, auteur du " Temps des cerises", écrit "la semaine sanglante" en juin 1871, en pleine période de répression de la Commune de Paris.. L'insurrection de la Commune, ébauchait pour la ville une organisation proche de l'autogestion. Cette tentative sera férocement réprimée par l'armée et la semaine sanglante du 20 au 27 mai 1971 fera au moins 30 000 morts.

Paroles          Partition                

 

par le "groupe 17"

  

par les Gaperons rouges (Riom)

 

par chorale militante Tours 

 

par les Barricades de Grenoble

 

par Cora da Achanda (Portugal)

   Trois voix   Aigüe   Medium      Basse1     Basse2 


2. Bella Ciao

 

La première version était chantée par les Mondines, travailleuses piémontaises des rizières de la plaine du Pô. « Le matin, à peine levée / O bella ciao ....... / A la rizière je dois aller. » La suite dénonce les conditions de travail difficiles, le salaire misérable, les surveillants sadiques et leur statut de quasi esclave qui - un jour, c’est écrit - changera. « Mais tu verras qu’un jour toutes autant que nous sommes / O bella ciao... / Nous travaillerons en liberté. » 

La deuxième version, la plus connue, accompagnera les résistants italiens dans la lutte antifasciste. Elle remplace le dur labeur de la rizière par l’ennemi fasciste : « Un matin, je me suis levée / O bella ciao.../.Et j’ai trouvé l’envahisseur » puis sur la mort d’un partisan mort au combat qui souhaite se voir enterrer en haut d’une montagne « Et les gens qui passeront / O bella ciao,... / Me diront « Quelle belle fleur » / C’est la fleur du partisan / O bella ciaoo, ..../ Mort pour la liberté.

Paroles et partition  

 

par le "Gruppo popolare e solisti del l'Oltrepo Pavese"

 

par Manu Chiao  

 

par Taktocollectif (cd Motivés)

 

par Les Ramoneurs de menhirs (breton-punk)

 

par Gómez Naharro

   Trois voix       Prima      Scunda      Basse 

3. El pueblo unido jamas sera vencido (Le peuple uni ne sera jamais vaincu)

 

 

Le 11 septembre 1973 l’armée, avec à sa tête le général Pinochet, prend le pouvoir par la force au Chili.

Ce coup d’ état sonne le glas des espoirs démocratiques au Chili. La période de dictature qui suivra sera parmi les plus répressives du continent. 
C’est peu avant, en juillet 1973, qu’est enregistrée pour la première fois la chanson "El pueblo unido jamás será vencido
La musique est composée par Sergio Ortega, les paroles écrites et interprétées par le groupe Quilapayún.
En tournée en Europe lors du coup d’ état, le groupe y restera en exil pendant 15 ans, comme des milliers d’artistes et intellectuels chiliens.

"El pueblo unido ..." s’impose comme la chanson emblématique de la lutte pour la démocratie au Chili, mais devient un symbole d’unité et de solidarité populaire à travers le monde.

 

Paroles et partition

 

 

par Quilapayun

 

par  Inti Illunani

 

  Trois voix     Aigüe     Medium      Grave 


4. Sans la nommer

 

Suite aux évènements de mai 68, composée en 1969 et interprétée par Georges Moustaki pour la première fois au festival de l'île de Wight d'août 1969 

Paroles et partition        Grille d'accords

 

par Georges Moustaki

par la compagnie Jolie môme

par Georges Moustaki et Cali

par ZEP

 

Quatre voix      Soprani      Alti        Ténors      Basse 

5. La Lega

Paroles : anonyme (Italie du Nord), XIXe    Musique : chant traditionnel

A la fin du XIXème, les "mondines", repiqueuses de riz de la plaine du Pô, s’associent en ligues ( lega) au côté des ouvriers et chantent leur révolte contre les patrons en réclamant la liberté: "Bien que nous soyons des femmes, nous n'avons pas peur… Nous avons de belles et bonnes langues et nous nous défendons bien … Et vous autres beaux messieurs, qui avez tant d'orgueil, rabaissez votre superbe et ouvrez votre portefeuille ! " Selon les versions, il est question, dans le refrain, de "socialisti" ou de "lavoratori" (travailleurs). 

Paroles    Partition                        

 

par la chorale militante (sous la pluie!)  Tours 

 

par le collectif "100% famille"

 

par l'ensemble I ANEN

par la chorale des "sans noms" (Nancy)

par coro da achanda (Lisbonne) 

  Trois voix      Prima     Scunda     Basse             

6. L'estaque

L'estaca, chanson écrite par  le poète catalan Lluís Llach en 1968, fut à l' anti-franquisme ce que "le temps des cerises" est à la commune de Paris. En provençal, l' Estaco signifie l'attache. 

Ce chant catalan, interdit en Espagne sous Franco, évoque un pieu à arracher, et vise en réalité le régime franquiste

Paroles          Partition                            

   

par Zebda

par Lluis Llach

par Cjhami Aghjalesi - Catena (version corse)

 

  Quatre voix    Soprani    Alti     Ténors      Basse

7. Hymne des femmes  

 

Sur l’air du « Chant des marais » créé par des déportés allemands en 1933, un petit groupe de militantes l'écrivent lors d'une réunion de préparation au rassemblement du 28 mars 1971, en mémoire des femmes de la Commune de Paris. La chanson allait avoir un avenir inattendu: celui de devenir l'Hymne du MLF et chanté à la grande manif du 20 novembre 1971.   

Paroles

 

par "l'espece de chorale BREST"

 

par "jolie môme"

 

par les choraleuses

 

   Trois voix      Soprani      Alti       Hommes      

 

8. Chant des paysansDiggers’ Song (La Chanson des bêcheurs) est une ballade anglaise du xviie siècle, inspirée par le mouvement des Bêcheux (diggers) protestant contre la loi agraire, composée par Gerrard Winstanley en 1649.Les « Diggers » ou « bêcheux » prônaient l’expropriation des seigneurs et le partage des terres. Certains voient en eux les premiers collectifs de squatters connus. 

 

En 2010, les maraîchers du Pot’Col’Le à Dijon adaptent à leur lutte la traduction publiée par Esprit 68:  le chant des maraichers .

 

C'est à l’échelle de la planète toute entière que se pose aujourd’hui le problème de l’accès à la terre. Et face aux injustices de l’ordre marchand, c’est partout dans le monde que de nouveaux « bêcheux » sont appelés à se lever.

 

En 2014, André, de la chorale voisine de Sillans la Cascade écrit une version adaptée aux luttes actuelles de la Confédération paysanne du Var : le chant des paysans

 

Paroles       Partition  

 

par Chumbawamba  
  Trois voix      Soprani     Alti     Basse

9. Le chant des partisans - Motivés

Née en 1917 à Saint-Pétersbourg, pendant la Révolution russe, Anna Betoulinsky quitte la Russie pour la France au début des années 1920. Elle prend le nom d' Anna Marly pour danser dans les Ballets russes et entamer une carrière de chanteuse dans les cabarets parisiens. Elle connaît un nouvel exode en mai 1940 qui la mène, via l'Espagne et le Portugal, à Londres en 1941 où elle s'engage comme cantinière au Q.Gl des Forces françaises libres. C'est là qu'elle compose, en 1942, les paroles russes et la musique de son Chant des partisans. L'année suivante, toujours à Londres Joseph Kessel et Maurice Druon  écrivent les paroles françaises de cette « Marseillaise de la Résistance », appel à la lutte fraternelle pour la liberté. 

En 1997, le groupe Zebda adapte la chanson dans l’album de chants de lutte « Motivés ». 

Le chant des partisans transcende les époques et les sensibilités politiques. Ode à la liberté et à l’insoumission, il devient un chant de lutte politique et de contestation sociale. Paroles     

  par Anna Marly

 

par Zebda 

 


10. Alerte aux pesticides

 

Sur une musique d'Anita Vallejo, le collectif  "Homo-toxicus" de Draguignan écrit une chanson pour la  Semaine des alternatives aux pesticides de mars 2009 et la chante sur les marchés de la région accompagnant un spectacle créé par ATTAC Var Est " la roue de l'infortune" . En mars 2010  (30 secondes de diffusion partielle après Souchon sur  France Inter (CO2 mon amour) 

Reprise régulièrement depuis lors des Semaines d'alternatives aux pesticides en Dracénie 

 

Anita Vallejo, exilée chilienne et créatrice de la musique de dernière chanson enregistrée par Yves Montand : Le cabaret de la dernière chance  (paroles Pierre Barouh)

 

paroles

  par Homo-Toxicus Draguignan 

Clip Vidéo Greenpeace Belgique


11. Shosholoza

 

Chant traditionnel des mineurs de l’ethnie Ndebele (Zimbabwe) qui voyageaient en "steamer", train à vapeur (stimela) jusqu’aux mines d’or et de diamants du Transvaal (Afrique du Sud). Shosholoza signifie « en avant » ou « au suivant », mais reproduit aussi le bruit du train en marche (sho sho). Le chant a été repris par les Zoulous et par Mandela et ses compagnons à Robben Island pour supporter les travaux forcés. Pour Nelson Mandela, ce train qui avance est celui de la lutte victorieuse contre l’apartheid.

Le chant a pris une dimension internationale lors de la victoire de l’ Afrique du Sud (coupe du monde de rugby 1995). Repris dans la bande son du film “Invictus” de Clint Eastwood. 

En Afrique du Sud, il est aujourd’hui autant entonné que l’hymne national. 

 

Arrangements par le Chorale des Drakensberg Boys (Afrique du Sud)

 Texte      Partitions   soprani   Alti   ténors   basses

 

par Eight Beat Measure 

 

Thème film INVICTUS

 

par N3A class  

 

par The Drakensberg Boys

 

par Manu (Tryo) & L.E.J

 

audio choralternative

Quatre voix    Soprani    Alti    Ténors     Basses 1   Basses 2    Basses ralenti

12. Le temps des cerises

 

Fréquemment associée à « la Commune de Paris », épisode révolutionnaire de 1871, cette chanson est pourtant antérieure de 5 ans à cet évènement. Jean Baptiste Clément écrit cette chanson d'amour malheureux en 1866 et la cède contre un manteau, un jour de grand froid, au chanteur d’opéra Antoine Renard qui la mettra en musique deux ans plus tard. 

 

Jean Baptiste Clément prendra une part active au pouvoir insurrectionnel de « la Commune de Paris ». Il participe aux combats de Mai dans la capitale, échappe de peu à la mort, se cache dans les caves et finit par s’échapper vers l’étranger. Ce n’est que 10 ans après, avec la loi d’amnistie de 1880 qui autorise le retour des anciens « communards » exilés qu'il rentre en France. Entre temps, sa chanson connaît un véritable succès populaire au point qu’il décide de la publier dans un recueil en 1885, assortie de la dédicace : « A la vaillante citoyenne Louise, l’ambulancière de la rue Fontaine-au-Roi, le dimanche 28 mai 1871 ». De cette dédicace, date le glissement de sens de la chanson qui devient une évocation nostalgique de « la commune de Paris »

 

Paroles    Partitions  S.A.T.B   Soprani Jazz   Alti Jazz   Basses Jazz

  par Yves Montand
Quatre voix      Soprani      Alti        Ténors      Basses

13. Espéranza l'aranèsa

 

Créé par André Minvielle et Marc Peronne en 1978, devenu un classique des "bals trad" qui se danse en scottish (rien à voir avec l' Ecosse !) 

 

 Paroles  

 

par André Minvielle et Marc Peronne 

  Trois voix (et demi)      Soprani      Alti       Basses-Ténors      Basses 


14. Na min zisoume san douli (ne vivons plus comme des esclaves ! )

Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée. B.O du film de  Yannis YoulountasParoles                                                 

   

Film "ne vivons plus comme des esclaves) 

89 ' diffusion gratuite

chanté par Ta Limania 

autres infos 

  Quatre voix      Soprani      Alti        Ténors      Basses

15. Sans haine, sans armes et sans violence

Chanson extraite du dernier album d’HK et les Saltimbanks « Rallumeurs d’étoiles ».

Paroles  

  Vidéo HK et les saltinbanques

 

  Trois voix      Soprani      Alti       Hommes  


16. En la plazza de mi pueblo (anonyme)

Adaptée de la mélodie d'une chanson populaire "El café de Chinitas", elle devient un chant de lutte des paysans et ouvriers espagnols, remis à l'honneur par Federico Garcia Lorca en 1931. L'un des chants de lutte des Républicains pendant la guerre d'Espagne

VOIR  La tragédie des brigades internationales documentaire de Patrick Rotman)

Paroles   (traduction)       Partition               

  Enregistrement   Coro Popular Jabalon 1977 

Luis Marin  (très lent)

 3 acteurs en répétition   

Par Michelle Greene 

  chorale Coro da Achada


17. Citoyen du monde      

Chanson de l'album "Citoyen du monde" d' HK et les saltimbanks  (2011)  enregistrement 

 

Paroles   aigus   médium   basse     Partitions    aigus   médium   basse 

  Enregistrement (avec les paroles  karaoké)

Enregistrement (illustré par les lycéens de Martigues )

Répertoire chansons migrants

    aigus    médium    basse       3 voix


18. Lily Pierre Perret (1977)  Une chanson antiraciste 

La France est une vieille terre d'immigration. La proportion d'étrangers par rapport à la population totale y a assez peu varié entre 1900 et aujourd'hui. Jusqu'aux années 1950, les immigrés sont très largement d'origine européenne (Italiens, Belges, Polonais, Espagnols). L'origine des immigrés se diversifie au lendemain de la guerre: Maghrébins, Africains, Portugais, Espagnols, Italiens contribuent à la reconstruction de la France.
Ces immigrés ont souvent fui leur pays pour des raisons économiques. Ils tentent leur chance dans un pays qui manque de main d'œuvre. Or, ils restent souvent cantonnés dans les emplois les plus difficiles. Le Front national utilise jusqu'à la nausée les vieilles rengaines stupides et scandaleuses affirmant que les étrangers viennent voler le pain des Français, oubliant au passage à quel point cette main d'œuvre immigrée était vitale pour le pays dans un contexte de croissance. Cette chanson très célèbre de Pierre Perret sort en 1977, alors que les "vingt piteuses", les deux décennies de crise économique, qui succèdent aux trente glorieuses, pointent le bout de leur nez. 

Paroles

  Enregistrement Pierre Perret 

19. Clandestino  Manu Chao

Récit à la première personne d'un immigrant clandestin sans-papiers, seul, l'âme en peine, condamné à courir pour fuir l'autorité, hors-la-loi, parti vers le Nord à la recherche d'un travail entre Ceuta et Gibraltar pour se retrouver perdu au cœur de « la grande Babylone » (note : "Babylone" une notion des rastas qui désigne l'Occident corrompu et décadent, le système répressif et toute forme d'autorité oppressive.), tel un fantôme errant ou une raie dans la mer (qui vivent cachées dans le fond).
Il est juste appelé « le clandestin », comme d'autres étrangers (l'algérien, le péruvien, le bolivien, etc.).

Dans la chanson le nom de l'ancien groupe de Manu Chao, la Mano Negra est évoqué (en français "travail au noir").

Paroles

  Enregistrement
  aigus     graves     2 voix

20. Fils de 

Chanson écrite en 2007 par le groupe québécois Corrigan Fest (album "La victoire en chantant" ).

Paroles

  Par Korrigan fest (Montréal) 

Par La fiancée du pirate 

 

  aigus    médium    basse       3 voix

21. La butte rouge

 

Écrite par Gaston Montéhus au lendemain de la 1e Guerre Mondiale, "La butte rouge" raconte le désastre de la bataille de Bapaume. Cette chanson deviendra l'étendard du mouvement pacifiste français jusque dans les années 1970 au détriment d'un chant clandestin, quasiment interdit de cité : la chanson de Craonne....en savoir plus 

 

Paroles      Partition

 

 

Enregistrement   par ...

 

par  Renaud

 

La chanson de Craonne

   aigus    médium    graves     3 voix